Constance et Mehdi Le journal

Dans le journal, nous publierons des textes et des images aussi souvent que possible. Le journal fonctionne un peu comme un blog, tu as la possibilitÚ d'Úcrire des commentaires pour chaque article (les articles sont triÚs par pays).

Tout par ordre chronologiqueJordanieFranceSyrieOuzbekistanTurquieKirghizstanChineLaosCambodgeThailandeVietnamAustralieNouvelle ZelandeArgentine

Jordanie
Le bon, les brutes et le truand
postÚ le : 30/04/2006
Furies a Jerash

Toutes les bonnes choses ont une fin. Nous quittons Aqaba pour Amman par la compagnie de bus Jett: tous les chauffeurs sont habillles en pilote de ligne et les hotesses en hotesses de l'air. La notre a un joli minois, les cheveux dans le vent (ce qui n'est pas tres courant) et des yeux vairons extraordinaires. L'un d'eux est d'un vert aquatique, un peu de la mer rouge nous accompagne. C'est le seul point positif du voyage, pour le reste avant d'arriver nous fumes enfumes et assourdis comme dans tous trajet routier jordanien qui se respecte.

Nous partons ensuite pour Jerash, une cite antique avec des pierres, des theatres, des pierres, des colonnes et des pierres ( on est un peu blazes). Rien de tres folichon me direz vous? Que Nenni, car nous tombons juste le jour reserve pour les collegiennes (et oui, il y a un jour pour la marmaille de la gent feminine et un pour les petits gars). C'est une vraie folie tout autour de nous, ca galope, ca chante, ca danse( elles ont des tambourins ou des postes de radio), ca nous attrape et ca veut discuter... Hello! what's your name? I love you... C'est assez impressionnant une nuee de gamines dechainees qui fonce sur vous. Vous pouvez apprecier sur les videos!
L'autre truc poilant c'est le "show"romain dans l'Hippodrome. Tableau: 10 touristes suffisamment bonne poire pour payer une place en plus du ticket d'entree (nous en faisons partie) perdus sur des gradins fait pour 15000 personnes (Mehdi est un peu du sud de la France!) assistant avec un enthousiasme modere a un spectacle de gladiateurs et une course de char. Dans l'arene il y a nettement plus d'acteurs que dans le public et du coup c'est nous qui avons le trac, surtout moi qui prie tous les dieux de l'Olympe (je sais c'est grec et pas romain) pour qu'on ne me choisisse pas pour descendre jouer le role de Spartacus.
Personnellement je reste placide, pas de gladiatrice a l'epoque. Finalement nous sommes plutot agreablement surpris et apprenons pas mal de choses sur l'art de la guerre sous l'armee romaine.

En repartant vers Amman nous rencontrons Jack, un americain etudiant l'arabe au Caire et en vacances en Jordanie. C'est drole de voir la tete des jordaniens quand ce blanc-bec rouquin au yeux bleux commence a parler arabe. Nous l'embarquons le lendemain dans notre tour vers les chateaux du desert.
La journee commence mal, le chauffeur avec qui nous avions negocie un bon tarif la veille se fait remplacer par un vieux grincheux qui commence a raler sur le prix. Finalement nous partons a pied vers la gare routiere pour trouver un autre chauffeur. La, apres quelques conciliabules nous negocions notre tour pour un peu plus que prevu.
Des chateaux peu de choses a en dire, juste que ce n'en sont pas, plutot des caravanserails ou des pavillons de chasse. Ils ne cassent pas 3 bosses a un chameau (qui comme chacun sait n'en a que 2!). A mi parcours le chauffeur qui discute a batons rompus avec Jack (qui se fait appeler Djibril) en lui proposant de rencontrer sa fille etudiante en anglais, de venir manger le Mensaf chez lui (oui, oui, je parle l'arabe couramment maintenant, ca doit etre mon oreille musicale!) commence a se plaindre du prix: l'essence a beaucoup augmentee, sa voiture perd de l'huile, il loupe en ce moment meme une partie de curling hyper importante... Arrives a Amman Mehdi qui a senti le coup venir lui laisse a peine le temps de composer sa mine piteuse et de demander une rallonge. Djibril l'americain, tendre comme un loukoum, marrie de laisser son nouvel ami le chauffeur dans cet embarras abonde en son sens en nous enjoignant de sortir les biftons. Le pauvre chauffeur en prend pour son grade et Mehdi a la limite de lui sauter a la gorge met les points sur les I. Un deal est un deal. Nous laissons la Djibril, le coeur fendu par tant d'ingratitude payer seul le malus touristicus. Cela n'ameliorera pas les relations franco-americaines mais pour une fois que les francais sont durs et pragmatiques et l'americain tendre et reveur! Reglement de compte dans le desert: le bon, les brutes et le truant...

Apres un passage eclair a Umm Qais/Gadara, site antique etonnement serein a la frontiere entre Israel/Jordanie et Syrie ou Jesus pourchassa le cochon demoniaque (cf. la bible), nous voici maintenant a Damas. Contrairement a ce que nous pensions, la capitale syrienne est envahie de touristes et ce n'est pas sans peine que nous avons trouve un hotel correct.

A bientot pour les news de Syrie.

images (7)
commentaires (0)
Plumes et palmes
postÚ le : 24/04/2006
Wadi Rum

Il est 5h30, nous nous levons d'un seul bond, le soleil n'a pas encore pointe le bout de son nez et le muezzin ronfle sans doute encore. C'est bien la premiere fois que nous le devancons, ce petit canaillou et l'idee de me mettre a gueuler a le fenetre (qui donne juste en face de la mosquee) m'effleure une seconde. Nous quittons Petra par le bus de 6h qui doit nous conduire a Wadi Rum dans les sables rouges du desert. Bien evidemment tous le monde dort encore dans l'hotel et nous nous mettons derriere l'oreille le petit dejeuner paye la veille. Au diable les varices, nous partons fiers tels des chameaux, affronter le desert avec nos propres reserves.
Le bus arrive enfin et nous devons payer a un mechant gamin, tout juste pubere ( sa petite moustache jordanienne suffit juste a attenuer ses boutons d'acne)m le lourd tribu de la course majoree d'un malus touristique qui n' epargne aucun des visages pales transitant avec nous. Ah ! touristes qu'il est bon de t'entuber...
C'est dommage car jusqu'a maintenant le commerce touristique c'etait plutot fait dans la bonne humeur. Il suffit d'un petit con pour vous foutre en rogne pour la journee. Nous rouler ca oui, rouler c'est une autre paire de pneu. Nous avons a peine fait 100m que le bus s'arrete en transpirant de tous ses pores. Le chauffeur ne trouve rien de mieux que d'ouvrir le bouchon du radiateur situe juste a cote du bouton de l'autoradio (il a peut etre confondu) et de manquer de peu d'ebouillanter ses passagers deja rouges de rage! Nous partons neanmoins et retrouvons a Rum notre intermediaire a Rum notre intermediaire bedouin pour une journee dans le desert. Apres un petit the de bienvenu nous partons a l'arriere d'une jeep de transport de troupe convertie en promene couillon direction le desert et le camp de base ou nous attendent un couple d'americain et un couple d'espagnol pour la ballade en jeep. NOus voila donc tous les 6 serres comme des moutons dans un pick up tressautant en coeur au chaos de la piste. Une pierre de trop et nous voila creves. Perdus dans le desert 50 degres a l'ombre sans une goutte d'eau nous sommes comme tintin et le capitaine haddock dans "tintin et le pays de l'or noir". A vrai dire nous sommes loins d'etre perdus, de nombreuses jeep sillonnent le desert en tous sens et la roue de secours sera vite remontee.
Bah, le desert, c'est vraiment desertique aussi pour rompre la monotonie, notre chauffeur nous lache dans la nature en nous indiquant un point ou nous nous retrouverons une heure de marche plus tard et 10 l d'eau de moins dans le corps. Et on a paye pour ca... Le top c'est l'ascension de la dune de la mort, genre butte Montmartre mais version sable et dans le sable on n'avance pas. Mais nous ne sommes pas la que pour derouiller, la nuit dans le desert s'annonce magnifique sous un ciel claffis d'etoiles, nous desertons les tentes de nos amis les bedouins pour dormir dehors... sous un ciel couvert...de nuages. Oh rage, Oh desespoir. Mais a deux heures du mat nous ouvrons un oeil le ciel est constelle, c'est beau.
Le lendemain, nous gardons le rythme en nous reveillant a 5h30 pour prendre un autre bus en direction du sud: Aqaba. Aqaba, nous n'en avons pas entendu beaucoup de bien au fil de nos rencontres avec des routards. Nous sommes agreablement surpris la ville est tres vivante, il y a une croisette et plein de jordaniens les pieds dans l'eau le soir a fumer le narguile. Une ville tranquille qui sent bon les vacances. Aqaba c'est la Nice jordanienne ou plutot le Cannes jordanien car il n'y a pas vraiment de vieille ville. Ce qu'il y a de bien a Aqaba aussi c'est le Amber Hotel! Chambre avec balcon sur la mer, grand lit, drap propre, air climatise, salle de bain, television, frigidaire et comble du luxe quelqu'un vient refaire le lit en notre absence. Le bonheur! Bien sur entre la mer et nous il y a la mosquee mais maintenant nous sommes habitues nous dormons comme des loirs. Aqaba comme son nom l'indique si on ne prononce pas bien le latin est une ville d'eau. A quelques km de la ville, vers l'Arabie Saoudite ( nous sommes a 20km) se trouve les meilleurs spots de snorkelling. Nous explorons le Japanese Garden munis de nos masques et tubas: poissons empereurs, clowns, perroquets... la tete dans un aquarium, nous en sommes tout eblouis. J'en perds meme un peu la tete et balance sans le vouloir un coup de pied dans la barriere de corail. J'y laisserai quelques fragments cutanes qui ont surement fait des heureux et paie mon tribu a la mer rouge avec quelques globules ( sans gravite neanmoins maman ne t'inquiete pas). En sirotant un the, Mohammed guide sous marin nous raconte comment son cousin c'est fait piquer par un poisson pierre (sorte de baudroie) en pechant le thon au poison (formellement interdit mais les jordaniens et l'environnement il y a encore des progres a faire). C'est l'arroseur arrose le poison du poisson pierre peut vous tuer si vous n'etes pas soigne dans les 6 h. Le soir pour nous remettre de toutes ces emotions nous allons fumer le narguile au plus grand bonheur de Mehdi au pied du gigantesque qui est probablement visible de Eilat en Israel et de Taba en Egypte (situe de l'autre cote de la mer rouge a quelques encablures). Nous ne passons pas bien sur inapercus parmi les fumeurs et fumeuses (mais oui) de "chicha", car passee 5 minutes nous crachons nos poumons jusqu'a ce qu'on vienne a notre secours remplacer notre charbon consume par du neuf laisse a cote bien en evidence et dont nous ignorions l'usage jusqu'a ce jour.
Les voyages sont un enseignement quotidien.

images (6)
commentaires (0)
Petraaaaa........aaaaaah.........plouf!
postÚ le : 20/04/2006
Dans le Siq

On entre dans Petra par une gorge etroite et longue le Bab-es-siq (la porte des gorges, qui suit une pente douce debouchant sur le tresor (le Khasneh). La voie s'etrecie progressivement et ne laisse passer qu'un mince bandeau de ciel bleu au dessus de nos tetes. Le soleil eclaire les parois rouges et ocres et les premieres sculptures nabateennes taillees dans la roche se decouvrent au detour d'un virage. A chaque tournant on s'attend a voir surgir le tresor, celui qu'on a imagine ou vu sur des photos ou au cinema. C'est a chaque fois un melange de deception et de plaisir car ce siq qui n'en finit pas d'etre long repousse encore et encore le moment de la decouverte, celle qu'on ne connaitra qu'une fois dans sa vie: voir pour la premiere fois de ses yeux le Khasneh de Petra. Enfin le voila, au moment ou on ne s'y attend plus, d'abord un morceau devoile par l'ouverture de la gorge, puis quelques metres, il est la sous nos yeux, plus grand et plus beau que ce que nous avions imagine. Il est 8 heures, il n'y a presque personne.

Que dire du site de Petra? Nous n'allons pas tout vous decrire, il faut absolument venir le decouvrir par vous meme. Le site geologique avec ses siqs, canyons, montagnes, roches aux couleurs extraordinaires est deja une merveille en soit et chaque itineraire emprunte revele de nouveaux paysages a couper le souffle. La presence des vestiges nabateens et romains transforment le site en une cite vivante et nous pouvons laisser divaguer notre imagination pour remonter 2000 ans en arriere dans les rues de Petra aux monuments intacts.
Habitee, Petra le fut jusque dans les annees 80 par les bedouins installes dans les nombreuses cavernes creusees dans la roche. Le gouvernement les a ensuite "deplaces" vers un village en dur construit sur les hauteurs. Les bedouins conservent le droit de travailler sur le site. Tout cela semble tres reglemente. Certains proposent un transport a cheval depuis l'entree du site jusqu'au Siq, d'autres des anes ou dromadaires a partir du Khasneh, d'autre encore en caleche peuvent couvrir l'ensemble du site. Les animaux ont tous un numero d'identification. On trouve encore des bedouins vendant des bijoux, et autres babioles sur le site ou tenant des buvettes ou restaurant. Ce sont de bons commercants et en general les touristes ne sont pas tres habiles a la negociation. Sans generaliser ce qui nous a frappe est leur bonne humeur et leur gentillesse.

Notre premiere journee a ete marquee par un evenement rare a cette periode de l'annee: la pluie. Evidemment nous etions equipes en consequence, Mehdi prevoyant comme toujours ayant juste pris un tee-shirt. Nous avons passe un bout de l'apres midi enrobes, comme des poissons en papillote, de notre couverture de survie abrites dans une caverne dans la montagne a contempler la vue (ou plutot le ciel) a la recherche de la moindre eclaircie. Les seuls heureux etaient les bedouins cavaliers et cochers qui ont double leur chiffre d'affaire en remontant au triple galop le siq pour transporter les touristes trempes et pas assez courageux pour affronter de leur pas lent la remontee de la gorge, retrouvant pour un temps sa fonction premiere de riviere. La couleur de la roche est devenue plus sombre et plus profonde, plus tranchee, peut etre plus belle encore!
Le lendemain le ciel a fini par se degager, nous partons pour le monastere (el Deir) avec dans l'idee de redescendre par un autre chemin que l'on nous a recommande. L'ascension est belle, l'arrivee au monastere et la vue n'en parlons pas! Apres avoir pris des infos aupres d'un bedouin tenant le tourist shop en face du Deir nous partons sur le chemin, une belle descente milieu des cailloux avec un panorama incroyable. Bien sur, doues comme nous sommes nous nous retrouvons plusieurs fois dans l'impossibilite de continuer juches sur des massifs surplombant l'abime. Nous finissons par faire demi-tour en nous fiant aux cairns montes prudemment par Mehdi. Arrives presque en haut nous tombons sur un groupe de francais avec un guide et les suivons jusqu'en bas. Ce sera notre premier "groupe Hitch-hiking". Nous recommencerons le lendemain en route pour le mont Aaron. Vraiment nous ne sommes pas doues pour l'orientation. Les guides seront a chaque fois sympa en nous invitant a les suivre.
Le 4eme et dernier jour a Petra, nous avons opte pour le petit siq (Wadi al-Mudhlim). C'est un petit passage hors des sentiers battus qui nous amene dans le lit d'une riviere ouvert par les nabateens pour permettre de detourner l'eau du Siq et de s'en servir comme voie d'acces a Petra. Il est d'acces difficile surtout deux jours apres des pluies diluviennes. Nous retroussons nos pantalons et enlevons nos chaussures pour traverser des bassins de plus en plus profonds. C'est l'aqua splash en mieux! Nous sommes decides a aller jusqu'au bout et je dois m'enfoncer dans l'eau boueuse jusqu'a la taille avec Constance sur les epaules! Nous finissons la traversee du siq, entiers mais mouilles, accompagnes d'un couple d'anglais et d'un couple d'americain.

Prochain episode de nos folles aventures: Constance et Mehdi sur les traces de Lawrence d'Arabie dans le desert du Wadi Rum.

images (6)
commentaires (0)
Dans la tribu de DANA
postÚ le : 15/04/2006
Mosaiques a Madaba

Nous avons passe 2 j a Madaba, une petite ville au sud d'Amman, reputee pour ses mosaiques. La plus ancienne decouverte a ce jour date du premier avant JC. Une ecole de mosaique a ouvert depuis peu a Madaba. Nous avons gravi le mont Nebo qui domine la vallee du Jourdain, la mer morte, Israel et la Palestine. Le ciel est un peu poussiereux, et nous devinons sans la voir vraiment Jerusalem. C'est ici que Moise serait mort apres avoir vu la terre promise. Le soir nous prenons un cafe a la cardamome et le the chez Salem, notre chauffeur du lendemain qui doit nous amener a Dana par la route des rois. Nous discutons une bonne heure avec lui.
Le lendemain c'est avec un couple de polonais que nous faisons le voyage. Nous traversons le Wadi Mujib avant de rejoindre Kerak et son chateau ou un guide nous expedie une visite minable en 10 min. Nous profitons cependant d'un fragment de visite guidee en nous incrustant dans un groupe de francais. Nous longeons ensuite la mer morte pour monter par une tres belle route de montagne pour arriver a Dana en fin d'apres midi.
c'est un petit village de pierre au sommet d'un canyon dans une reserve naturelle. Nous logerons deux nuits au Dana Tower Hotel tenu par le chaleureux Hamzi qui chouchoute tous ces residents en offrant du the a tire larigot et se met en 4 pour resoudre tous les problemes existentiels des routards de tous poils. L'ambiance, la deco, la vue font de ce lieu le plus agreable depuis notre arrivee en Jordanie. Le diner tres convivial se prend sous une tente aux murs et sols couverts de tapis, assis sur des banquettes en papotant dans la langue de Shakespeare matinee de francais, polonais, italien...
Comme il n'y a plus de chambre, nous tentons de nous endormir sous la tente posee sur le toit de l'hotel ballotes par le vent.
Le lendemain nous optons pour la descente a pieds dans le canyon. La descente se fera sans probleme, la remontee sera un enfer sous une chaleur de plomb ( 45 degres au soleil) sans chapeau pour Mehdi et en nous rationnant pour l'eau (3.9 l pour deux c'est juste!). Nous y arrivons malgre tous a deux doigts de la syncope quand meme en faisant des pauses tous les 200 m quasiment couches sous le moindre buisson car bien sur, il doit y avoir deux arbres tout au plus sur toute la montee.

Aujourd'hui nous sommes a Wadi Musa, point de depart pour visiter Petra. Nous y resterons 5 jours.
Cet apres midi pour se mettre en jambes et sur les conseils du tres affable patron du Petra Gate Hotel Nasser, nous partons pour une "petite" promenade dans la "petite" Petra. Apres une heure de ballade dans une vallee desertee par les touristes et les autochtones, nous trouvons le moyen de nous perdre! Nous finissons au coucher du soleil par trouver un bedouin alerte par nos Youhou desesperes qui nous remet dans le droit chemin, nous n'etions pourtant pas tres loin! Il s'en est fallu de peu pour que nous bivouquions a deux sous une couverture de survie sans lampe et sans briquet et un demi litre d'eau. On ne nous y reprendra plus, promis. Demain nous refaisons les sacs et nous suivrons les touristes!

images (6)
commentaires (0)
A Amman
postÚ le : 11/04/2006
un fanion

Ca y est nous avons quitte le sol francais, effleure le sol viennois pour atterir a Amman la capitale jordanienne avec nos baggages et le visa. nous avons choisi les options recommandees par le guide du routard ( bus,taxi, hotel Farah ) c' est donc sans etonnement que nous nous retrouvons avec d'autre francais a l'hotel. Premier contact avec un confort spartiate (qui sera notre pain quotidien pour l'annee a venir):
- pas de lumiere dans la salle d'eau commune, ce qui est peut etre mieux...
- odeur de renferme dans la chambre et traces sur les couvertures.
Ne nous plaignons pas nous beneficions peut etre de la suite royale de l'hotel, car il y a 4 lits et un ventilateur en etat de marche. La TV tient plus du grille pain, nous decidons prudemment de ne pas l'allumer.

Petit tour dans la ville et degustations de nos premieres patisseries... au fromage (nous avons choisi au juge).
Bien que psychologiquement prepares, la prestation psychedelique du muezzin a 5h du matin est troublante.

Notre premier petit dej en ville est muscle: fouls, hommos, falafels et the a la menthe qui tient plus du sirop chez Hashem en exterieur dans une ambiance sympa et populaire.
Notre journee sera tranquille, un petit tour dans Amman. La citadelle qui surplombe la ville et qui permet de se faire une idee de son etendue avec une vue plongeante sur le theatre romain. Rencontre avec nos premieres jordaniennes, les enfants viennent nous voir et s'exercent avec nous a l'anglais.
La ville est plutot calme, sans doute le fait que nous sommes un jour ferie (Al Mawlid ar-nabawi, la naissance du prophete). Cet apres midi nous partons a Madaba pour quelques jours, le temps de voir la mer morte, le mont Nebo et les alentours de la capitale a partir d'un camp de base a taille humaine.

images (6)
commentaires (0)
FranceLire tous les articles de ce pays
Ce n'est qu'un aurevoir
postÚ le : 06/04/2006
SyrieLire tous les articles de ce pays
La vie de chateau
postÚ le : 15/05/2006
frappes au coeur... de palmier
postÚ le : 11/05/2006
Damas Khalas
postÚ le : 07/05/2006
OuzbekistanLire tous les articles de ce pays
Chiottes please ?
postÚ le : 28/06/2006
Soleil, Gloire et Beaute
postÚ le : 24/06/2006
Karakalpakie et cap a Khiva
postÚ le : 17/06/2006
Tach Ken et Barbie
postÚ le : 10/06/2006
TurquieLire tous les articles de ce pays
Da Visa Code
postÚ le : 06/06/2006
Constance prend de la hauteur
postÚ le : 29/05/2006
Cap a Dolce Vita
postÚ le : 25/05/2006
oui pour de faux, non pour de vrai
postÚ le : 18/05/2006
KirghizstanLire tous les articles de ce pays
Epilogue kirghize
postÚ le : 15/08/2006
Des chevaux et des hommes
postÚ le : 09/08/2006
Issyk Kul, Is it cool?
postÚ le : 28/07/2006
Pierre qui roule et coup de boule
postÚ le : 18/07/2006
ChineLire tous les articles de ce pays
Dames chinoises
postÚ le : 13/10/2006
Faire un demi-tour.com
postÚ le : 04/10/2006
Easy Ride sur la route du Tibet
postÚ le : 26/09/2006
les delices du Sichuan
postÚ le : 14/09/2006
Arts martiaux
postÚ le : 06/09/2006
Casse tete chinois
postÚ le : 30/08/2006
Kashi, kashi la jaunie hi han...
postÚ le : 23/08/2006
LaosLire tous les articles de ce pays
Un elephant ca trempe enormement
postÚ le : 15/11/2006
Laos de la criminalite
postÚ le : 27/10/2006
Nouvelle Frontiere
postÚ le : 21/10/2006
CambodgeLire tous les articles de ce pays
Demain, des l'Aube
postÚ le : 05/12/2006
Tristes Tropiques
postÚ le : 24/11/2006
Les pieds dans l'eau, les yeux au ciel
postÚ le : 18/11/2006
ThailandeLire tous les articles de ce pays
Les gens du voyage
postÚ le : 11/12/2006
VietnamLire tous les articles de ce pays
le mal des transports
postÚ le : 18/01/2007
Un air de famille
postÚ le : 31/12/2006
AustralieLire tous les articles de ce pays
The Call of the Wild
postÚ le : 29/01/2007
Le diable par la queue
postÚ le : 25/01/2007
Nouvelle ZelandeLire tous les articles de ce pays
Le retour du Roi
postÚ le : 25/02/2007
Les deux tours
postÚ le : 14/02/2007
La communaute de l'agneau
postÚ le : 05/02/2007
ArgentineLire tous les articles de ce pays
Heureux qui comme Ulysse
postÚ le : 10/04/2007
Climax
postÚ le : 25/03/2007
Barbaro
postÚ le : 22/03/2007
Tango et Cash
postÚ le : 04/03/2007